Visite du Ministre dans la zone ORS
Dr Nango DEMBELE sur le Barrage de Tnsougou
LE NOUVEAU GOUVERNEMENT
Dr Nango Dembele en zone cotonnière CMDT
Un ministre satisfait de ce qu’il a vu et entendu
La distribution des équipements agricoles du second programme de 500 tracteurs doit commencer incessamment

Fin de la visite du chef de l’état à Kayes : TOUR D’HORIZON DES PREOCCUPATIONS DE LA REGION

La conférence des cadres a été l’occasion d’aborder les préoccupations de la Région. Le président de la République a donné des assurances avant d’inviter les populations à payer les impôts

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, a bouclé son séjour à Kayes, en présidant, mardi dans l’après-midi, la conférence des cadres de la Région. La rencontre, tenue à la Chambre de commerce et d’industrie de Kayes, s’est déroulée en présence de nombreuses personnalités de «la Cité des rails».
Premier à s’exprimer, le gouverneur de Kayes, Babahamane Maïga, a parlé de l’électrification de 54 villages, de la remise de 150 kits solaires dans le cadre du Programme présidentiel d’urgences sociales. Il a aussi fait cas de l’existence des centrales solaires de Kita, de Gouina et de Manantali. S’agissant de l’hivernage, le chef de l’exécutif régional dira que son début a été émaillé par des inondations ayant endommagé les semences. Il a aussi évoqué la subvention des engrais, l’effectivité de la rentrée scolaire dans toutes les écoles de la Région. Parmi les défis à relever, Babahamane Maïga a cité la démographie, les effets néfastes du changement climatique, la gouvernance locale, l’emploi, les litiges fonciers etc.
Concernant les attentes, le gouverneur a parlé de la relance du chemin de fer, la construction des routes Kita-Yelimané, Nioro-Sandaré, Kayes-Aourou-frontière mauritanienne, Sadiola-Kéniéba. Il y a également l’extension de la couverture audiovisuelle dans la Région, la construction d’une deuxième centrale de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), l’insuffisance du personnel au niveau de l’administration, le problème d’eau potable à Kéniéba.
Le président du Conseil régional des jeunes de Kayes, Souleymane Satigui Sidibé, a rendu hommage au chef de l’Etat pour les efforts qu’il déploie en vue de la promotion des jeunes. « Nous ne sommes pas des orphelins, car nous avons un père, Ibrahim Boubacar Kéïta. Il est l’espoir de tous », a-t-il dit, tout en sollicitant l’appui du président Kéïta pour donner un élan à la jeunesse de la Région de Kayes.
Il a expliqué que les jeunes sont confrontés à un problème d’emplois, de migration, de lieux de loisirs. La présidente des femmes de Kayes, Mme Thalée N’Diaye, 3è adjointe au maire de Kayes, chargée des Finances, s’est réjouie de l’élection de 11 conseillères sur 37 dans la commune de Kayes. Elle a salué le fonds que le président de la République a mis à la disposition des femmes.
Mamadou Lamine Coulibaly, président du Conseil régional de la société civile, a, lui, évoqué le problème d’équipements de l’hôpital Fousséyni Daou (scanner et appareil de dialyse) et de la nécessité de créer une université à Kayes. Les journalistes de la presse locale ont voulu savoir si le gouvernement a signé un accord avec les pays européens sur l’émigration.
Dans son intervention, le président de la République a, d’abord, remercié le gouverneur et la Région pour l’accueil très chaleureux qui lui a été réservé. Par rapport à la gestion des problèmes, Ibrahim Boubacar Kéïta a invité les populations à la patience. Il a aussi rappelé que les gouvernements du Mali et du Sénégal ont signé une convention de 300 millions de dollars avec la Banque mondiale pour la relance de la ligne ferroviaire Bamako-Dakar. « Nous n’avons pas délaissé les rails, nous ferons de notre mieux », a promis le président Kéïta.
Le chef de l’Etat a également évoqué l’acquisition du financement de la route Kayes-Aourou-Frontière mauritanienne. Il dira que le Mali est la 3è puissance économique de l’espace UEMOA et qu’il « nous faut des outils d’économie émergente ». Le chef de l’Etat a aussi parlé de l’application du tarif extérieur commun de l’UEMOA. Pour assurer une bonne gestion financière, il faut au Mali une Cour des comptes, comme le recommandent les textes de l’UEMOA. Mais la création de la Cour des comptes nécessite la révision de la Constitution, une révision motivée aussi par la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger.
Le président de la République a également abordé l’acquisition des avions qui permettra à notre armée d’accomplir sa mission de défense de la patrie. Il a tenu à préciser que ces avions ont été acquis sur fonds propres.
Le chef de l’Etat a invité les populations à payer les impôts qui servent à développer le pays, à entretenir l’armée. Il a aussi parlé de la relance des activités de l’aéroport international de Kayes Dag Dag. S’agissant de l’émigration, Ibrahim Boubacar Kéïta notera que l’Etat doit s’investir pour aider les jeunes à résoudre les problèmes liés à ce fléau. Ibrahim Boubacar Kéïta a rappelé que le Mali n’a signé aucun accord avec les pays européens concernant l’émigration. Il a conclu ses propos en rappelant que la construction du pays est l’affaire de tout le monde.

Envoyés spéciaux
Massa SIDIBE
Habib Kouyaté

Visite du président de la République à Kayes : DES RÉALISATIONS QUI VONT CHANGER LA VIE

Après avoir visité l’abattoir moderne de la ville, le chef de l’Etat s’est rendu sur le chantier du 2è pont avant d’inaugurer le système d’adduction d’eau potable

Au deuxième jour de sa visite à Kayes, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, s’est rendu hier matin à l’abattoir moderne de la ville, installé à la Zone industrielle. Il était accompagné du ministre de l’Elevage et de la Pêche, Mme Ly Taher Dravé. Fonctionnel depuis juin 2015, cet abattoir appartient au groupe Laham Industrie qui a investi un peu plus de 3 milliards de Fcfa. Sa capacité de production actuelle est de 250 à 300 bovins par mois. L’abattoir dispose de trois chambres froides d’une capacité de stockage de 1.300 carcasses de bovins. La structure est confrontée à des contraintes liées à l’approvisionnement et à la commercialisation.
Juste après l’abattoir, le chef de l’Etat a visité le chantier du 2è pont de Kayes. D’une longueur de 544 m sur une largeur de 40 m, l’infrastructure coûtera 36 milliards de Fcfa (TTC), tandis que la réalisation des voies d’accès est estimée à environ 19 milliards de FCFA (TTC). Le tout est financé sur budget national pour 24 mois de travaux, hors saison de pluie. Au terme des deux visites, le président de la République a affirmé que c’est un truisme de dire que sans désenclavement, il n’y a pas d’espoir de développement, regrettant que jusqu’ici Kayes n’ait eu qu’un pont, lequel est saturé et a besoin d’être réhabilité. L’illustre visiteur a ajouté que le nouveau pont, très attendu, sera d’une nouvelle génération, parce que plus large, plus adapté aux mouvements des hommes et des biens. « Je crois que vu l’importance du trafic entre le Sénégal et le Mali, quand l’on considère le rôle joué par les chemins de fer, lesquels sont en passe être rénovés, mais de plus en plus, de mieux en mieux, la route a pris pratiquement le pas sur les chemins de fer, il fallait accompagner cela. Ce deuxième pont était devenu une exigence économique, humaine », a-t-il déclaré, ajoutant que c’est vraiment un espoir de mieux être encore, de pouvoir d’achat en hausse pour les populations. Toutes choses qui lui sont très chères.
« L’action politique n’a de sens que lorsqu’elle contribue à améliorer le quotidien des populations pour lesquelles on travaille. Ce pont va être cet instrument d’appui à nos efforts de promotion et de développement de la région de Kayes », a poursuivi Ibrahim Boubacar Kéïta. Il a aussi noté que cette infrastructure donnera directement accès à l’abattoir moderne de Kayes qui est d’une modernité exemplaire avec de bonnes capacités d’abattage et de conditionnement. « Tout cela préfigure notre développement agro industriel de demain et tout le potentiel de cette région et qui sera soutenu par cette voie d’accès », s’est-il réjoui.

1.500 BRANCHEMENTS SOCIAUX. Le président de la République a, ensuite, inauguré le système d’adduction d’eau potable (AEP) de Kayes, réalisé dans le cadre du Programme d’appui danois au Programme sectoriel eau potable et assainissement (PADS-PROSEA). Cette infrastructure vitale, qui est venue renforcer le réseau tertiaire, a été réalisée à hauteur de 3,4 milliards de F CFA.
Le maire de la commune urbaine de Kayes, Adama Guindo, a exprimé toute sa satisfaction, estimant qu’à travers cette inauguration, il fera désormais bon vivre dans sa localité. Il a remercié le président de la République en disant: « Vous avez prouvé votre attachement indéfectible au développement socio économique du Mali en général et à celui de Kayes en particulier ».

L’ambassadeur du royaume du Danemark au Mali, Winnie Strump Pertersen, dira qu’à travers cette inauguration, les besoins en eau de la cité des rails seront couverts jusqu’à l’horizon 2030. « Cette inauguration réconforte le partenariat entre le Mali et le Danemark », a -t-elle assuré. L’AEP de Kayes a actuellement une capacité de production de 20.000 m3 ( dont 10.000 m3 d’apport du PADS/ PROSEA). Grâce aux travaux de réseaux réalisés, le duo SOMAPEP/ SOMAGEP-SA, sur fonds propres, réalisera, d’ici fin 2017, 1.500 branchements sociaux.
Dans son discours, le ministre de l’Energie et de l’Eau, Malick Alhousséïni, a indiqué que le Programme présidentiel d’urgences sociales d’accès à l’eau potable, pour la période 2017-2018, oriente son département à faciliter l’accès à l’eau potable pour les populations à faibles revenus par la multiplication des aménagements et des points d’eau, y compris en milieu urbain et semi urbain. Et Malick Alhousséïni de détailler que le Programme présidentiel d’urgences sociales d’accès à l’eau potable prévoit dans la région de Kayes, entre autres, la réalisation de 223 équivalents points d’eau modernes dont 40 adductions d’eau potable, 227 bornes fontaines, la réhabilitation de 214 puits modernes et 211 pompes à motricité humaine.
Après avoir salué l’accueil et l’hospitalité des Kayésiens, le chef de l’Etat, qui intervenait en langue nationale bamanan, a annoncé une série de bonnes nouvelles pour la région : le redémarrage prochain des activités ferroviaires sur l’axe Bamako-Dakar avec l’accompagnement de la Banque mondiale; l’acquisition du financement pour la construction de la route Kayes-frontière mauritanienne etc.
Revenant sur la cérémonie d’inauguration du système d’adduction d’eau, Ibrahim Boubacar Kéïta a adressé ses félicitations au ministre en charge de l’Eau et au partenaire danois.  » Merci au royaume du Danemark pour l’amitié et pour le sens de la solidarité internationale bien comprise », a-t-il déclaré. Après son intervention, le chef de l’Etat a coupé le ruban symbolique, avant de visiter les installations. Il a, enfin, procédé à l’ouverture symbolique du robinet dans la famille Diarra, bénéficiaire du branchement social.

Avant de quitter Kayes, le président de la République a rencontré les cadres de la région avant de s’adresser à la presse. Nous y reviendrons dans notre prochaine parution.
Envoyés spéciaux
Massa SIDIBÉ
Habib KOUYATÉ

Informations supplémentaires