no rx sans-serif; mso-ascii-theme-font: major-latin; mso-hansi-theme-font: major-latin; mso-bidi-font-family: 'Times New Roman';">Conformément aux promesses électorales du Président de la République, cialis 40mg le gouvernement s’engage à faire de l’agriculture le moteur du développement socioéconomique de notre pays. Dans cette optique, les ministres de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, respectivement Kassoum Denon et Nango Dembélé, ont partagé avec la presse la série de mesures prises pour la réussite de la présente campagne agricole. C’était le mardi 14 juin 2016 à la Maison de la presse.

Levier de l’économie nationale  à travers la création d’emplois, la réduction de la pauvreté, et la promotion de l’autosuffisance alimentaire, l’Agriculture occupe une place de choix dans l’agenda gouvernemental. C’est du moins ce qu’affirment le  ministre de l’Agriculture, Kassoum Denon et son homologue de l’Elevage et de la pêche, Nango Dembélé. Ainsi, à travers cette rencontre, ils ont voulu partager avec la presse les mesures prises pour la réussite de la campagne agricole 2016-2017, les nouvelles orientations du Département en charge de la question.

Dans son intervention, le ministre de l’Agriculture, Kassoum Denon,  rappellera les performances de l’agriculture vivrière qui a connu une augmentation de 16,1%  en 2015 contre 13,8% en 2014. Un résultat dû à l’appui du gouvernement  au secteur. Conformément au projet de société du Président IBK, indique-t-il, cet élan de soutien du gouvernement à l’agriculture se poursuivra. La preuve, explique-t-il, le gouvernement a affecté 15% du budget d’Etat à l’agriculture.

D’ores et déjà, loue le Ministre Denon, les résultats de la hausse du budget alloué à l’agriculture sont encourageants. «Au titre de la campagne agricole 2015-2016, nous avons enregistré une production céréalière de 8 045 669 tonnes, soit une hausse de 15,25% comparée aux 6 980 733 tonnes de la campagne 2014-2015. Sur la base de ces résultats,  le bilan établi en fonction de la norme annuelle de consommation de la FAO (214Kg/personne/an) dégage un excédent de 1,5 million de tonnes de céréales sèches et 197 000 tonnes de riz », soutiendra le ministre.

3 MILLIONS DE TONNES EXCEDENTAIRES EN CEREALE. S’agissant de la campagne 2016-2017, il a dévoilé l’ambition du gouvernement. Il s’agit de doubler l’excédent céréalier de l’année dernière en atteignant 3 millions de tonnes excédentaires. Pour ce faire, développe Kassoum Denon, le gouvernement met en œuvre le vaste programme gouvernemental d’aménagement de 100 000 hectares d’ici à 2018. « A ceci, il faut ajouter le démarrage d’un programme de mécanisation agricole portant sur la mise à disposition de 1 000 tracteurs aux producteurs pour une phase pilote 2015-2016, les subventions des intrants agricoles, le gouvernement injecte 38 milliards FCFA dans la subvention d’intrants agricoles consacrées au budget d’Etat  pour l’exercice 2016 sont estimées à 38 milliards. Dans le même temps, le Fonds national d’appui à l’agriculture a été doté pour toutes les activités de soutien aux activités agricoles», précisera le ministre de l’agriculture.

Production prévisionnelle de la campagne 2016-2017. Grandes sont les ambitions du gouvernement pour la présente campagne agricole. Il est attendu de la production céréalière 8,8 millions de tonnes. Celle du Coton graine est estimée à 650 000 tonnes. La production du niébé est estimée à 202 050 tonnes, l’arachide à 446 146 tonnes et 44 006 tonnes pour  le sésame.

S’agissant des cultures horticoles, on prévoit 114 268 tonnes de pomme de terre; 222 869  tonnes de tomate; 248 299 tonnes de gombo; 172 531 tonnes d’oignon; 447 062 tonnes de patate douce. A cela s’ajoutent 90 873 tonnes d’igname, 81 450 tonnes de chou et 69 798 tonnes d’aubergine. En ce qui concerne la production animale, le Mali mise sur la production de 76 000 tonnes de viande rouge; 7 400 tonnes de lait; 2 767 500 pondeuses, 33.000.000 de sujets volaille locale; 477 467 025 œufs de consommation et 7 570 010 poulets de chair. S’y ajoute la production halieutique visant 94 000 tonnes de poissons de pêche.

Pour booster  la production animale au Mali, le ministre de l’Elevage et de la Pêche, Nango Dembélé, estime qu’il nous faut une véritable industrie adaptée aux réalités de l’heure.

Pour ce faire, suggère-t-il, nous devons apporter une amélioration génétique à nos races locales. Afin d’attirer l’intervention des investisseurs qui se montrent méfiants de la rentabilité de nos races locales.

Nouvelles orientations du département de l’Agriculture. Pour promouvoir un nouveau type d’entrepreneur dans le domaine de l’agriculture, le Ministre Denon entend mettre en place une stratégie  visant à rendre plus attrayant les métiers agricoles pour les jeunes. Cela, à travers la réalisation d’aménagement hydro-agricoles; la création de villages modèles avec la réalisation d’habitats modernes; la structuration des filières agricoles.

Le Département entend également moderniser l’agriculture à travers une mécanisation accrue des moyens de production, la promotion de l’agrobusiness pour les jeunes et l’amélioration de la productivité et de la compétitivité de l’agriculture.   

Oumar KONATE

Informations supplémentaires